Rechercher

Berlin : Les influenceurs, nouveaux apporteurs d’affaires du tourisme ?


Notre métier de la distribution de voyages est soumis à de nombreuses évolutions, à la fois dans son modèle et dans son économie. Aujourd’hui, le Marketing d’Influence est devenu la stratégie de communication qui permet à une marque de diffuser très rapidement sa publicité par le biais de personnes influentes sur les réseaux sociaux. Ce business d’influence a changé fondamentalement la façon de promouvoir auprès des consommateurs l’image et la notoriété d’une marque, d’une destination ou d’un service… Quels sont les véritables pouvoirs des clients, des fournisseurs, des collaborateurs en matière d’influence ? Faut-il alors miser sur l’influence marketing, comme levier indispensable pour toucher les nouvelles générations ?

Si les influenceurs font désormais partie de notre environnement, force est de reconnaître qu’il y a encore beaucoup de flou (économique et juridique) autour de la nature et des prestations fournies par ces professionnels. Voilà pourquoi Challenge Tourisme, que préside Lucien Salemi, s’est intéressé de près au sujet le week-end dernier à Berlin.

Qu’est-ce qu’un influenceur exactement ? Quel est son statut ? Comment utiliser ce type de prestataire et que peut-on en attendre exactement ?

Voilà, résumées, les grandes questions auxquelles se sont attelés les 24 participants de Challenge Tourisme à Berlin, du 5 au 8 octobre 2018, sous le thème du “Business sous influence”. Compte tenu du rôle et de l’intervention croissante des influenceurs dans tous les secteurs de l’économie, leur statut se dessine peu à peu. Souvent à coups de serpe, sous l’intervention de la DGCCRF qui met à l’amende untel ou untel qui, s’étant laissé emporter par son enthousiasme a, par exemple, oublié de signaler la corrélation directe de son post avec une célèbre marque de biscuits... Le tourisme se prête aussi particulièrement bien à ce type d’intermédiation. On ne compte plus les destinations et les produits (re)visités par les blogueurs qui vantent à leur communauté les charmes et les atours des clubs, des pays ou des sites parcourus. la clientèle "traditionnelle" des agences de voyages est-elle la bonne cible ?

Un influenceur kesako ?

"C’est une personnalité (journaliste, blogueur, expert…) disposant d’une grande visibilité et d’une communauté suffisamment importante", rappelle Stanislas Lucien, patron de Travel Insigth. Son rôle est de susciter de l’engagement avant (annonce sur les réseaux), pendant (communication, live et post sociaux avec ses propres contenus) et après (article et relais sur les différents canaux)... pour provoquer l’effet "whaou" !

Pour autant, la clientèle "traditionnelle" des agences de voyages est-elle la bonne cible ? Si l’on en croit une étude récente du cabinet de sondage Odoxa pour l'Observatoire des comportements de consommation, si l’impact est réel, voire exacerbé chez les jeunes générations (18-24 ans) l’échantillon retenu, à la moyenne d’âge plus élevée, est beaucoup plus circonspect : 75% des sondés pensent que "les blogueurs et autres instagrameurs ne sont pas indépendants vis-à-vis des marques lors de leurs publications de leurs contenus."

En effet, l’évolution a été très nette au cours des dernières années. Si Thibault Touzeau (Travel Me Happy), blogueur et influenceur, invité, relativise sa dépendance rédactionnelle vis-à-vis des marques et produits pour lesquelles il travaille, il n’en admet pas moins que le métier s’est professionnalisé. Faut-il céder à la tendance des influenceurs ? Les "échanges marchandises" qui permettaient aux marques de faire de la promotion à bon prix est révolue. La matériel photo et vidéo déployé par ces professionnels n’a plus rien à envier à celui des meilleures maisons de production…

Alors les influenceurs c’est du pipeau ? Faut-il céder à la tendance et les englober dans un plan de communication ? Financièrement sont-ils à la portée de l’agence de voyages du coin de la rue ?

Toutes les études convergent sur un point : l’influence touche principalement une clientèle jeune qui ne fréquente pas les agences de voyages traditionnelles. C’est une nouvelle forme de communication et de marketing qui a rompu les amarres avec la pub de papa. Deux assertions qui ne cadrent pas forcément avec les besoins des acteurs du tourisme.

"Attention aussi à l’effet de saturation…", met en garde Georges Rudas (Amadeus). En effet, comme les blogueurs, les nouveaux influenceurs touchent directement ou indirectement vos clients. Mais sont-ils pour autant pertinents quand on parle retour d’investissement ? "Les personnes qui suivent les blogueurs savent qu’ils font la promotion des marques et que la plupart du temps ces marques sont présentes et le ROI n'est pas toujours la priorité..."

> Voir tout l'article


78 vues

© 2016 created with crmtourisme.com

  • Black Facebook Icon

Contact@Lstourisme.com | Tel: 0 825 826 023